by

9 phrases pour coacher un joueur de badminton

Tout le monde peut coacher un joueur de badminton, que vous soyez débutants, avancés, experts… Coacher un joueur de badminton, ça s’apprend ! Eh oui, comme vous allez apprendre en tant que joueur, vous allez apprendre en tant que coach. Vous pourrez alors apprendre à coacher un joueur de badminton tactiquement, mentalement, physiquement, techniquement, avant, pendant ou après les matchs. phrases pour coacher joueur de badminton

Si vous voulez vous aventurer dans le coaching de joueurs de badminton (et c’est bien plus facile que ce que l’on croit), voici quelques phrases pour coacher un joueur de badminton.

9 phrases pour coacher un joueur de badminton

Pour bien coacher un joueur de badminton, c’est un peu comme coacher un tennisman, coacher un golfeur ou tout autre sportif. Le coaching sportif nécessite d’analyser le jeu, d’être attentif à ce qu’il se passe sur le terrain et au joueur que l’on doit coacher. Un des avantages considérables du badminton c’est que la plupart des compétitions autorisent le coaching entre chaque point et non pas uniquement à la pause.

Il va donc falloir regarder les points forts et points faibles de l’adversaire, analyser les difficultés et les forces du joueur que l’on veut coacher, être attentif aux émotions de chacun pour pouvoir calmer, encourager, motiver et aider votre joueur à se surpasser pendant son match. Lancez-vous, vous verrez ça vient tout seul, plus vous coachez plus vous arrivez à coacher !

1. « Joue sur le revers »

Le revers de l’adversaire est dans la plupart des cas un des points faibles de celui-ci. Pousser sur le revers permettra alors au badiste que vous coachez de prendre l’avantage dans l’échange, de mettre l’adversaire en difficulté et de le forcer à relever un volant. Jouer sur le revers que ce soit dans la zone avant, arrière ou même en mi- court en baissant le volant est un conseil très utile pour créer un décalage et prendre l’ascendant dans l’échange.

Attention : Il peut arriver que certains joueurs aient un revers bien meilleur que le coup droit ou qu’ils couvrent leur revers laissant ainsi tout le côté coup droit en difficulté. Il vous suffira alors d’inverser la tendance à spécifiant à votre joueur qu’il faut jouer du côté coup droit.

  • Quand donner ce conseil ? Vous pouvez dire cette phrase quand vous remarquez que votre joueur marque plusieurs points du côté revers ou que le fait de jouer du côté revers donne un volant plus facile pour votre joueur (la plupart du temps qui n’atteint pas le fond du terrain et qui arrive suffisamment haut pour donner l’avantage)

2. « Prends ton temps »

Quand on le voit écrit et qu’on est tranquillement installé dans son canapé, ça donnerait presque envie d’en rigoler. Mais quand on est sur le terrain en tant que coach, il s’agit là d’une consigne qui peut s’avérer déterminante pour le joueur que vous coachez.

En effet, prendre son temps c’est le moyen le plus sûr de se remettre les idées en place, de récupérer physiquement et mentalement, de ne pas se laisser imposer le rythme de l’adversaire, de couper une série de points gagnés par l’adversaire, de mieux réfléchir au prochain point et de mobiliser ses ressources pour réussir l’échange suivant.

Respirer peut aussi s’avérer être un conseil incroyable quand votre joueur commence à se mettre en apnée au cours d’échanges parfois très longs, ou de séries de points perdus ou encore pour le permettre de se calmer, se recentrer et se canaliser pour le prochain point.

  • Quand donner ce conseil ? Cette consigne peut s’appliquer dès lors que vous voyez que votre joueur enchaîne une série de points perdus, qu’ils se laissent submerger par les émotions ou qu’il n’a plus le temps de réfléchir.

3. « Lève ta raquette »

Tout comme le revers il s’agit d’un point faible pour la majorité des joueurs débutants et même confirmés. Parfois dans le match, le joueur oublie qu’il doit avoir sa raquette en l’air, tant il est focalisé sur le match. Il est important de lui rappeler de lever sa raquette pour mieux contrer, et réussir à baisser le volant dès que possible.

  • Quand donner ce conseil ? Il y a plusieurs situations qui requièrent de lever sa raquette et que vous pouvez facilement visualiser en tant que coach. L’une d’elle est lorsque le joueur est au filet et que le volant lui passe juste au-dessus de la tête, il y a de fortes chances que sa raquette ne soit pas levée suffisamment tôt. De même qu’on pourrait rappeler d’avoir la raquette en l’air pour intercepter le volant, si vous voyez que votre joueur se retrouve trop souvent à lever le volant en retard, plutôt qu’à le descendre.

4. « Construis, sois patient »

Demander à son joueur de construire ou d’être patient peut lui éviter de faire des fautes directes, ou de forcer des coups gagnants lorsqu’il n’est pas en position et ainsi de prendre des risques inutiles à ce moment du match.

  • Quand donner ce conseil ? Vous pouvez donner ce conseil quand votre joueur enchaîne les fautes, qu’il finit les points en deux ou trois coups maximum en sa défaveur. Ceci lui permettra de se reconcentrer et pourquoi pas de pousser l’adversaire à faire la faute avant lui.

5. « Reste agressif, Descends tes volants »

L’agressivité n’est pas dans le comportement, mais dans le style de jeu. On dit d’un jeu agressif lorsqu’on prend l’attaque, lorsqu’on fait descendre les volants, lorsqu’on agresse l’adversaire avec des volants descendants et rapides pour le prendre de vitesse.

  • Quand donner ce conseil ? Lorsque votre joueur subit le match, qu’il est trop souvent en train de perdre des points en défense, qu’il lève trop le volant en sa défaveur, qu’il a tendance à ne jamais donner de trajectoires descendantes à son volant (que ce soit des smashs, des amorties, des volants mous qui descendent, etc.)

6. « Impose ton rythme »

Que vous soyez en train de coacher un joueur de badminton offensif ou défensif, imposer son rythme est un point fondamental. Il est important que votre joueur mène le match et ne soit pas en train de le subir. En imposant son rythme, il s’offrira l’opportunité d’être plus à l’aise dans son match. Il pourra alors ralentir la vitesse de jeu en optant pour des dégagés ou des volants plus mous et moins rapides, voire même en prenant son temps au service, entre les points et en réception de service. Soit, il pourra accélérer le rythme en choisissant les attaques descendantes et rapides, des lobs offensifs ou encore en forçant l’adversaire à se positionner rapidement pour réceptionner le service en étant prêt à servir rapidement.

  • Quand donner ce conseil ? Lorsque votre joueur se retrouve à enchaîner trop de points perdus à une vitesse qui n’est pas adaptée à son jeu. Il est important de déterminer le style de jeu de son joueur et le rythme dans lequel il est le plus à l’aise et dans lequel son adversaire l’est moins.

7. « Prends de la marge »

Vous avez peut-être déjà vu des joueurs qui sortent des volants sur les côtés, au fond ou encore qui mettent le volant dans le filet, et ceci de façon répétitive ? La solution étant de recentrer ses coûts, de prendre de la marge c’est-à-dire d’arrêter de jouer proche des lignes. Plutôt que d’employer une formule négative qui consisterait à dire « arrête de jouer les lignes, ou attention aux fautes », vous pouvez utiliser cette formule magique « Prends de la marge ».

Prendre de la marge c’est jouer un mètre en dedans des lignes, viser un mètre plus proche du centre du terrain pour éviter de faire des fautes directes.

  • Quand donner ce conseil ? Tout simplement quand votre joueur multiplie les fautes de longueur que ce soit : trop court, trop long, trop sur les côtés… Prendre de la marge ne lui offrira peut-être pas le point directement, mais lui évitera de le perdre bêtement et lui permettra de jouer un volant de plus qui sera peut-être l’occasion de terminer le point en sa faveur.

8. « Joue tes zones »

Lors du coaching à la pause ou à la fin du set, vous avez la possibilité de montrer à votre joueur des zones spécifiques qui lui permettront de mettre en difficulté l’adversaire. Grâce à cette petite phrase au cours du match, vous pourrez alors lui remettre en mémoire la consigne de zones à jouer que vous lui avez donnée à la pause. Cela peut être les zones de divorce en mixte, les zones revers, les zones mi court, les zones à l’amorti, etc. Cela dépend des points faibles de l’adversaire et des points forts de votre joueur.

  • Quand donner ce conseil ? Quand vous voyez que votre joueur renvoie le volant sans trop réfléchir, quand il ne vise plus un endroit en particulier ou encore quand il ne sait plus où jouer.

9. « Encore, C’est ça, Donne tout »

Tant de petits mots et de petites phrases pour coacher qui permettent de dire à votre joueur qu’il est sur la bonne voie, que ce qu’il fait est parfait, qu’il applique bien les consignes et qu’il faut qu’il continue et qu’il reste concentré.

  • Quand donner ce conseil ? Tout au long du match quand votre joueur fait ce qu’il faut correctement, pour l’encourager, le motiver, et le soutenir.

Quelques conseils bonus pour coacher un joueur de badminton :

Coacher un joueur de badminton n’est pas si compliqué que certains le laissent entendre. Tout le monde peut coacher un joueur de badminton avec un peu de bonne volonté. Trois derniers conseils à prendre en compte pour coacher un joueur de badminton efficacement :

  • Ne pas trop en dire !

Il est important de ne pas trop en dire quand on va coacher, un ou deux conseils suffisent, pour éviter à votre joueur de se perdre dans vos consignes.

  • Résumer les conseils

Pensez à les résumer à la fin de votre coaching en une phrase le conseil ou les deux conseils donnés, pour que le joueur les mémorise facilement. Ne l’inonder pas de phrases et de conseils, il n’en sera que moins attentif à ce que vous dites.

  • Rester positif

Évitez les phrases pour coacher qui sont négatives, choisissez des mots positifs, des tournures positives et évitez d’employer la négation ou de donner des consignes en disant « ne fais pas ça ». Pensez toujours à donner la consigne qu’il doit faire, qu’il doit appliquer, et restez positif. À l’heure du débriefing, après le match vous pourrez alors changer votre façon de faire, mais au cours du match c’est rarement en étant négatif que vous allez aider votre joueur.

Enfin, le rôle du coach est un rôle bien précis :

Rappelez-vous, coacher un joueur de badminton c’est avant tout proposer un axe de jeu à votre joueur lorsqu’il est perdu et ce de façon concrète, succincte et claire. C’est aussi choisir des phrases pour coacher qui sont positives et mettre l’accent sur les choses à faire et non à ne pas faire. C’est également supporter le joueur et l’encourager, lui montrer qu’on a confiance en ses capacités et en sa possibilité de remporter ce match. C’est aussi s’adapter au joueur comme le fait de s’accroupir pour coacher un enfant et ne pas le regarder de haut pour lui donner des consignes qu’il verra comme imposées et non comme des conseils à suivre de façon bienveillante.
Et enfin c’est aussi vivre le match avec lui sans montrer ses émotions négatives, et le soutenir mentalement pour lui permettre de se concentrer plus facilement sur son match.

Attention : Vous ne devez pas être indispensable au joueur pour qu’il gagne son match, il faut que celui-ci apprenne à jouer sans son coach à ses côtés, et cela se travaille à l’entraînement : travailler le mental, travailler la tactique, travailler la technique, travailler le physique, et travailler l’autonomie et sa propre réflexion ! Bon courage !

Faites un clin d’oeil à un coach :

Juste en dessous vous avez les commentaires pour partager ces phrases que vous entendez régulièrement dans vos matchs et que l’on vous répète sans cesse.

Loïc et Alizée

Recherche utilisée pour trouver cet article :

donner des conseil à un joueur

Laisser un commentaire